On a, à peu prés tous, tenu un journal durant notre adolescence, noté un truc fondamental sur soi un jour où cela a surgi, ou griffonné dans un cahier durant un stage de développement personnel…

En ce qui me concerne, j’ai commencé à écrire vers trente ans, à l’aube d’une séparation.

Ecrire d’une façon régulière, m’a permis de me retrouver et j’étais surprise presqu’à chaque ligne de ce que mon écriture révélait : des points qui revenaient sans cesse, des émotions qui émergeaient, des lapsus révélateurs, des hésitations à noter certaines choses, ou une écriture très fluide qui me portait loin dans mes rêves, où je voyais nettement le possible se dessiner … avec des aberrations qui tombaient et des solutions qui apparaissaient…la foi et l’espérance s’affirmant de plus en plus, en moi !

Depuis, j’ai lu et entendu des choses intéressantes quant à ce mode d’écriture, tant bénéfique pour soi. Comme j’en ai fait l’expérience, écrire chaque jour est libérateur et prometteur. Le savoir et l’expérimenter de plus belle, me permet de me donner des RV avec moi-même, car vous l’avez surement déjà entendu : «La personne la plus importante dans sa vie, c’est soi !»

Ecrire chaque jour, pour lever nos anxiétés, nous rendre compte de nos entraves et propres enfermements, prendre conscience de ce qui nous habite réellement au plus profond de soi, voire ce qui nous hante ! L’écriture dévoile nos fantômes et nous trouve au plus profond de nos cachettes intérieures.

Ecrire pour soigner nos tourments, en les couchant sur papier, nous leur réservons une place privilégiée plutôt que de les laisser tournicoter dans la tête, car ils sont comme un enfant qui continuerait à gesticuler tant qu’on ne s’est pas occupé de lui !!
Dans ce mode d’écriture, nous ne sommes pas confronté à la page blanche, car chaque hésitation est à noter, pour qu’elle puisse enfin être éclaircie. Nos doutes se manifestent et du coup, en les écrivant de long en large et en travers, nous pouvons les circonscrire pour enfin pouvoir les dépasser. Les mots écrits montrent au grand jour nos sentiments et plus on écrit, plus ce sont les maux de notre corps, de notre coeur et de notre âme qui se profilent sur le papier. Nos émotions font surface et à les décrire, elles s’affinent dans leurs composantes. Nous nous comprenons mieux et pouvons alors prendre soin de nos besoins identifiés.
Notre fil d’écriture s’accélère naturellement, commandé par la seule envie de nous raconter encore pour nous rencontrer davantage et ainsi en savoir plus sur soi. Et, c’est très surprenant de se rendre compte que ce n’est plus nous qui écrivons, mais notre stylo qui s’affole par tant de choses à dire, guidé par notre inconscient qui prend sa juste place, avec puissance et sans censure, pour exprimer notre vérité intérieure.
Nous finissons par entendre nos cris intérieurs, C’est ainsi que nos masques tombent pour laisser place peu à peu à notre authenticité. Au travers des lignes, nous discernons notre singularité et voyons plus facilement nos différents potentiels et fantaisies. De bonnes idées jaillissent, nous poussant à entreprendre.
Très vite, notre écriture nettoie et répare en opérant dans tous nos domaines de vie. Nous pouvons ainsi nous libérer totalement de nos soucis et préoccupations, en les écrivant de cette écriture folle, pour les laisser couler hors de soi, jusqu’à ce que le flot d’écriture s’éclaircisse et devienne plus pur et plus joyeux !!

Mes pages me sont devenus précieuses et je les recommande à chaque personne que je coache.
Fais-en vraiment l’expérience ! Un RV avec soi-même pour prendre soin de soi et re-dessiner son à venir …

Principe :

  • Ecrire à la main, papier et crayon. Nos ratures sont ainsi des ajustements intéressants à conscientiser et en disent longs sur ce qui nous fourvoie.
  • 10 mn d’écriture ou mieux 3 pages à remplir de ce qui émerge de si bon matin.Car  au réveil, on est encore rien qu’avec soi, sans interactivités de la journée.
  • Dans un premier temps, j’écris ce que j’avais dans la tête au réveil, mes toutes premières pensés:

Si on se réveille avec des soucis, les écrire très tôt le matin permet de s’en défaire et de passer une bien meilleure journée

Si on se réveille sur des idées géniales de créativité et d’expression de son plein potentiel, les écrire pour ne pas les oublier et les entreprendre assurément plus tard, car c’est toute notre vie qui se re-dessine au fil de nos pages du matin.

  • Puis continuer à écrire tout ce qui vient, tout ce qui nous touche,

Si je me sens en colère, je peux aller au bout de ma colère, écrire mes «terribles” pensées même les choses les plus crues, les gros-mots et insultes éventuelles…tout ce dont j’ai honte et ne suis pas fière ! par le flot de mots extériorisés, cette colère s’en va comme un flot d’eau qui coule …

Si je me sens anxieuse, j’écris tout ce qui me mine, au moins cela devient plus flagrant que roder insidieusement dans ma tête, tout apparait sous une plus juste valeur, voire même disparaitre quand mon for intérieur se manifeste et re-surgit ma détermination, et que mes désirs me montrent ma voie.

Si je me sens triste, j’écris les plaintes de ma «Cosette” intérieure qui peut alors manifester toute sa peine, résignation, rancoeur…cette tristesse entendue met du baume sur mon coeur, et je peux alors me sentir à nouveau pulser d’amour et d’envie !

Si je bute à écrire, j’aime observer alors mon processus de réflexion se mettre en route… oui! je bute sur quelque chose…j’entame alors le choix des mots, le plus judicieusement possible pour plus de clarté et d’harmonie intérieure. L’écriture redémarre quand c’est tout à juste pour soi !

  • C’est pour ça que je préfère écrire sur papier plutôt qu’à l’ordinateur, car ce dernier nous permet à tout va de modifier, revenir, ajouter déplacer…et de perdre l’essentiel qui se manifestait alors !

En levant ainsi la brume de nos tourments, en calmant nos tempêtes  intérieures, nos perles de sagesse se forment comme des gouttes de rosée que nous recueillons pour dorénavant nous en abreuver. Nous ressentons à nouveau nos envies profondes et nos pépites d’enthousiasme…S’ensuit une accalmie intérieure, une plus large ouverture d’esprit, de nouveaux élans du coeur, une vivance davantage pétillante…

Les pages du matin pour démarrer sa journée léger-e, vivifié-e de plein d’amour et d’envie de croquer la vie à pleine dent.

PS : On peut écrire au moindre malaise en soi, anicroche avec quelqu’un-e, ou quand une incertitude pointe, un problème apparait : qu’est-ce que ça fait en moi ?
PPS : On peut bien entendu écrire aussi (!) le soir et c’est autre chose qui s’en dégage… on verra ça dan un article prochain 🙂

Enjoy! et belles découvertes de soi…

Au plaisir de te lire ci-dessous en commentaires, 
Aline 

Prends du papier et un crayon et écris 10 mn ce qui te préoccupe,

Que se passe-t-il en toi ? Que ressens-tu après ?

Quelle perle de sagesse apparait pour toi  ?